L’art de la démode

_dsc0090_edited

Comment débuter ces quelques lignes sans évoquer Sonia Rykiel, disparue le 25 août dernier ? À l’heure des rédactions des éditos mode hivernaux et des Fashion Week qui ont sonné le glas, il était impossible pour moi de ne pas converser sur la rouquine indémodable. 

Non pas que me vient une envie irrépressible de rajouter une rubrique nécrologique au blog, rassurez-vous ! Seulement, étant moi-même rédactrice pour un trimestriel féminin, difficile de passer à côté. Les consignes étant ce qu’elles sont, j’ai dû récolter quelques informations ici & là à propos de cette grande dame de la mode. Ou devrais-je dire de la démode ?

Car oui, au-delà de son goût pour le noir et pour la maille, Sonia était une féministe. Marchant dans les pas de Coco, elle a remis au goût du jour le pantalon, sa petite robe noire à elle. Une manière de libérer la femme, en quelque sorte.

Celle qui était contre les diktats imposés par la société a créé les nouvelles tendances encore saluées aujourd’hui. Sa philosophie ? Suivre la mode tout en se respectant. Camoufler une cuisse un peu trop imposante à l’aide d’un pantalon ou donner l’illusion de quelques centimètres en plus grâce à la rayure verticale… qu’importe, tant que c’est pour se plaire à soi et rien qu’à soi ! Voilà une idée qui m’a tout de suite plu chez Madame Rykiel.

Si cela peut paraître ironique voire même un coup de pub bien ficelé de la part de la créatrice, je me plais à croire qu’il s’agit seulement d’une once d’humanité dans ce monde de brutes. Naïve ? Peut-être. Idéaliste ? Sûrement.

Plongée dans une laborieuse recherche d’emploi, je me console en lisant le destin de Rykiel. La dame du tricot est devenue reine sans aucun talent pour la couture ni même sans avoir étudié la mode. À elle, on ne lui a pas demandé d’avoir quatre diplômes, dix ans d’expérience, cinq ans en moins et le permis camion en poche et pourtant, quel parcours !

Je n’avais alors qu’une seule envie pour cet article : lui rendre hommage à l’aide de ma longue jupe rayée que j’ose publier en automne. Que l’Univers des blogueuses me pardonne pour cette faute.Après tout, la démode, n’est-ce pas suivre ses désirs ?


Article rédigé dans le cadre des Zalando Style Icons 2016 pour la catégorie Creative Content Icon_dsc0042_edited_dsc0051_edited_dsc0074_edited_dsc0128_edited_dsc0107_edited_dsc0081_edited_dsc0022_edited_dsc0015_edited_dsc0095_edited_dsc0111_edited_dsc0046_edited

 

Publicités

Une réflexion sur “L’art de la démode

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s